terra mater

Terra Mater : solutions alternatives, annuaire du bio et des alternatives

Visitez notre boutique
www.terramater.fr
minéraux et plantes médicinales,
jeux écologiques, produits pour maman et bébé, artisanat local
...
ACCUEIL ANNUAIRE PROPOSER UNE ADRESSE PROPOSER UN ARTICLE FORUM CONTACT
Agriculture et Jardinage
Alimentation
Conscience de l'Etre
Construire sa Maison
Energies Alternatives
Biocarburants
Énergie libre
Traction Animale
Hygiène et Santé
Maternité
Terre et Société
Vie Pratique
 
Réalisation
Pascale Massé
 
ENERGIES ALTERNATIVES
Energies Alternatives > Traction Animale > Le cheval plutôt que la 2 CV
LE CHEVAL PLUTÔT QUE LA 2 CV
En plein centre-ville, une carrosserie de voiture ou de bus ultramoderne tractée par des chevaux pour emmener des enfants en sortie scolaire, voire effectuer quelques achats en périphérie. C'est l'idée développée par les haras nationaux, HN Conseil ingéniérie, un cabinet de consultants et un bureau d’études, dans le but d'aider les collectivités territoriales à mettre en place des projets liés au cheval.
Imaginez un instant. En plein centre-ville, une carrosserie de voiture ou de bus ultramoderne tractée par des chevaux pour emmener des enfants en sortie scolaire, voire effectuer quelques achats en périphérie. Une utopie de doux dingue? Quand le baril de pétrole frôlera les 200 ou 300 dollars, on en reparlera… Certains, en tout cas, y croient. Et pas n’importe qui : les Haras nationaux, un établissement public dont la vocation première est, il est vrai, de promouvoir durablement la filière cheval en France. Ils y croient tellement qu’ils viennent de créer HN Conseil ingéniérie, un cabinet de consultants et un bureau d’études destinés à aider les collectivités territoriales à mettre en place des projets liés au cheval. En gros, à réintroduire l’animal dans la ville.

Collecte d’ordures. Une façon de se raccrocher au Grenelle de l’environnement et à la vogue du développement durable? «Pas du tout, l’idée a germé bien avant, explique le directeur général des Haras nationaux, François Roche-Bruyn. C’est une enquête, effectuée pour nous à la fin de l’année dernière auprès du grand public, qui nous a fait prendre conscience que, dans une civilisation de plus en plus urbaine, les gens avaient une vraie aspiration à des activités ou des services liés au cheval. 83 % des Français ont une image positive du cheval et 62 % sont favorables à son retour dans la ville». D’où l’idée de HN Conseil ingénierie qui, présentée la semaine dernière au salon des maires, a été bien accueillie par les élus.

«On est en train de sentir le tournant, explique Stéphane de Veyrac, le responsable de cette équipe de 12 personnes. Jusqu’à présent, notre point d’entrée auprès du public ou des collectivités territoriales, c’était l’image très positive du cheval. Maintenant, on voit bien que ce sont les enjeux de développement durable. On attend de nous des projets concrets.»

Exemples? D’abord, la sécurité, dans les villes et les campagnes, sous forme de brigades équestres. De façon beaucoup plus développée qu’aujourd’hui. «A cheval, l’homme de la force publique a une tout autre stature, explique Roche-Bruyn. Et là, on peut vraiment mettre le cheval au cœur des villes.» Autres services possibles : la collecte de certains types d’ordures dans le cadre du tri sélectif, l’entretien des espaces verts et notamment l’arrosage, et surtout le transport d’individus ou de groupes via des véhicules ad hoc. «L’avantage du cheval, c’est qu’il est très souple par rapport à un camion ou un bus. L’équipement est peut-être plus rudimentaire mais la souplesse permet des choses qu’un quatre-roues ne sait pas faire», précise le directeur général des Haras nationaux.

«Créer du travail». Dernier argument de poids : la création d’emplois. L’ensemble de la filière cheval, qui sera représentée en force à partir de samedi à Paris au Salon du cheval, est passé entre 2001 et 2006 de 55 000 à 62 000 emplois, soit une progression de 7 % en quatre ans. «Et nos produits devraient doper encore plus l’élevage et créer du travail en milieu rural.» Une trentaine de projets d’investissements ou d’équipements autour du cheval ont déjà été financés en 2006, ce qui représente un chiffre d’affaires de 600 000 euros. HN Conseil Ingénierie prévoit un doublement de cette activité en 2007, à 1,2 million d’euros. «Comme les artisans boulangers qui ont créé la bannette pour redonner aux Français le goût du pain, on réinvente des produits et des services pour redonner au cheval un vrai rôle dans la société» explique François Roche-Bruyn.
Cet article vous fait réagir? Donnez votre avis sur notre forum
Auteur : Alexandra Schwartzbrod
le 01/12/2007
Article paru dans le quotidien Eco-Terre: samedi 1 décembre 2007
Pseudo
 
Mot de passe
 
 
Terre et Société
Le secret de l'Agent Dette ou comment créer de l'argent qui n'existe pas.
Un film pédagogique édifiant qui explique clairement comment les banques accomplissent quotidiennement, sous nos yeux clos, le tour de passe-passe qui consiste à fabriquer de l'argent grâce à nos crédits. Le système bancaire enfin dévoilé: accrochez-vous, vous allez tomber de haut! A VOIR ABSOLUMENT!
Vie Pratique
Les Aimants de Lavage: une technologie propre pour un linge éclatant
Aujourd’hui, l’utilisation d’une lessive chimique est devenu un standard et nous paraît inévitable : il n’en est rien. La technologie magnétique accomplit le même travail qu’une lessive et bien plus encore.
Terre et Société
Vous êtes le principe évolutif de l'Humanité
La Vérité doit éclater au grand jour afin que l'humanité prenne son destin en main, pour que l'homme sache que son évolution est indispensable au grandir du monde. La Conscience doit prendre le relais du mental, car vous ne pouvez continuer à vivre comme vous le faites
Vie Pratique
Ne jetez plus vos noyaux de cerises! Faites en des coussins.
Le système serait né de l’initiative d’une ménagère suisse qui eut la simple mais ingénieuse idée de chauffer des noyaux de cerises et de les placer dans des coussins. Ainsi fut créée celle qu’en Suisse on nomme encore : la « bouillotte sèche »!