terra mater

Terra Mater : solutions alternatives, annuaire du bio et des alternatives

Visitez notre boutique
www.terramater.fr
minéraux et plantes médicinales,
jeux écologiques, produits pour maman et bébé, artisanat local
...
ACCUEIL ANNUAIRE PROPOSER UNE ADRESSE PROPOSER UN ARTICLE FORUM CONTACT
Agriculture et Jardinage
Alimentation
Conscience de l'Etre
Construire sa Maison
Energies Alternatives
Hygiène et Santé
Maternité
Terre et Société
Vie Pratique
 
Réalisation
Pascale Massé
 
ALIMENTATION
Alimentation > > Pourquoi opter pour le bio?
POURQUOI OPTER POUR LE BIO?
Devant les trop nombreuses réactions qu'il m'arrive de rencontrer, il m’apparaît indispensable d’expliquer que faire le choix du Bio est plus qu’une réponse à un effet de mode. C’est un acte positif pour évoluer vers une humanité libre et responsable.
Pourquoi choisir le bio ?
Manger bio ne serait-il que l’influence d’une mode? Penser cela, c’est ignorer les rouages de l’agriculture d’aujourd’hui et ne pas réaliser le danger d’une telle inconscience tant pour l’Homme que pour la Terre. Voici en vrac quelques raisons de reconsidérer notre consommation et d'opter dès aujourd'hui pour des choix inévitables.

En choisissant le bio vous contribuez :

- Au développement d’une agriculture responsable sans emploi d’engrais de synthèse, de pesticides ou de semences OGM.

- A retrouver une alimentation saine exempte de pesticides, OGM ou engrais de synthèse et dont les caractéristiques nutritives et gustatives sont supérieures aux produits de l’agriculture intensive.

- A faire baisser le nombre de cancers, allergies et autres maladies due à l’absorption quotidienne de produits chimiques toxiques dissimulés dans notre nourriture mais aussi dans les cosmétiques et produits ménagers. Et par là faire baisser le déficit de la Sécurité Sociale.

- A protéger et revaloriser la vie microbienne des sols et donc à limiter l’avancée de la désertification due à l’épuisement des sols.

- A protéger l’existence de nombreuses espèces animales nécessaires à l’équilibre naturel, menacées par la monoculture et la taille toujours croissante des champs.

- A faire barrage aux conditions d’esclavage qui règnent dans certaines exploitations intensives.

- A promouvoir la sauvegarde de variétés maraîchères écartées par les semenciers et qui font partie du patrimoine génétique de l’humanité.

- A faire barrage à l'implantation des OGM dans l'Agriculture.

- A protéger la vie animale qui souffre indignement des conditions d’élevage dans les exploitations industrielles que ce soit pour la production d’œufs, de lait, ou de viande.

- A court-circuiter la spéculation autour des denrées alimentaires responsable du fait :
       1) Qu’aujourd’hui il est moins coûteux d’acheter des légumes qui ont traversé la moitié de la planète que des légumes locaux,
       2) Que les agriculteurs se retrouvent contraints à la surproduction pour pouvoir vivre décemment tellement les cours sont bas, ce qui entraine monoculture, suremploi de chimie polluante pour augmenter le rendement et maintenir les plantes ou les animaux en vie dans des conditions inadaptées, disparition d’emplois remplacés par des machines plus productives que les humains, destruction de la surproduction, famine et esclavage des pays du Tiers-Monde…

- A protéger la qualité des eaux, polluées par l’emploi des pesticides et engrais de synthèse et par les lisiers des élevages intensifs.

- A faire barrage au monopole des multinationales qui ne font qu’asservir la Terre et l’Humanité pour leur enrichissement personnel.
Acheter Local
- Préférez toujours les fruits et légumes de saison : c’est moins cher et vous aurez la garantie d’une production locale. Vos primeurs ne venant pas de l’autre bout du globe, vous épargnerez à la Terre des pollutions et des dépenses énergétiques superflues, et vous mangerez des fruits et légumes cueillis à maturité. De plus, vous éviterez le suremballage lié au transport, autre source majeure de pollution.

- En achetant local vous aiderez les producteurs locaux à vivre dignement d’une agriculture responsable, vous favoriserez le développement du bio près de chez vous, de plus vous contribuerez à créer des emplois respectables dans votre région.

- De plus en plus de producteurs bio organisent des ventes directes à la ferme et/ou sont présents sur les marchés. Parlez avec ces gens, demandez leur comment ils travaillent. Vous découvrirez des femmes et des hommes qui croient dans le possible d’un monde cohérent et agissent concrètement pour un monde meilleur. Vous comprendrez aussi l’exigence d’un tel choix, pourtant incontournable quand on est conscient des enjeux qui se jouent actuellement.
Ça a la couleur du Bio mais…
Acheter des produits labellisés bio, c’est bien. Mais les industriels ont bien compris le profit qu’ils pouvaient tirer de cette appellation qui leur permet de vendre un produit plus cher tout en se donnant un air de sauver le monde.

Voici donc quelques pièges à éviter :

- Rappelons d’abord que le label AB spécifie qu’un produit contient au moins 95% de matières premières issues de l’agriculture biologique. Restent donc 5% qui sont généralement la place du sel, des algues ou d’autres produits dont on ne peut, par essence, garantir le caractère biologique.
Attention cependant: c’est aussi la porte ouverte à certains abus de la part d’industriels mal intentionnés. A vous d’être vigilant et de lire, sur l’emballage, la composition des produits que vous achetez. Si c’est une formule indéchiffrable, n’achetez pas ces produits ou renseignez-vous sur les composants suspects. La plupart des produits sains affichent des compositions claires.

Préférez les produits labellisés « Demeter » ou « Nature et Progrès ». Ces labels sont plus exigeants que le label AB ou que les labels européens et vous garantissent une logique cohérente à tous les stades de fabrication

- Les bouteilles d’eau : chères et source de déchets d’emballage. Si vous devez assainir l’eau du robinet n’utilisez pas de cartouches filtrantes jetables, préférez les systèmes dont vous pouvez ouvrir la cartouche et ne changer que le contenu qui, lui, est biodégradable.

- Les couches jetables « bio » : elles contiennent souvent des granulés absorbants qui ne sont ni biodégradables, ni recyclables. Préférez les couches lavables. On fabrique aujourd’hui des couches lavables très pratiques d’emploi, économiques et non polluantes.

- Papier recyclé blanchi au chlore : si vous êtes devant du papier blanc recyclé et qu’il ne porte pas de mention spécifique, vous êtes très certainement en présence d’un papier blanchi au chlore : Ce traitement est plus dommageable pour l’environnement que de fabriquer du papier neuf avec les arbres de forêts gérées durablement (label FSC)

- Articles en bois exotiques : souvent tirés de forêts primaires, préférez des articles en bois local ou portant la certification FSC.

- Articles en bioplastiques : s’ils ont le mérite d’être biodégradables, utiliser les ressources alimentaires pour faire du plastique pose les questions de la flambée des prix des denrées comme la pomme de terre ou le maïs, et de la surexploitation des ressources de la Terre, tout en encourageant l’agriculture intensive voire la culture des OGM.

- Le poisson est difficilement un produit bio : la plupart des poissons d’eaux froides sont aujourd’hui touchés par la pollution humaine : des métaux lourds comme le mercure se retrouvent stockés dans leur graisse (celle-là même que recommandent de nombreux « nutritionnistes » pour sa richesse en Oméga 3) rendant leur consommation dangereuse à long terme.
Quant aux poissons d’élevage ils sont nourris avec de la farine de poissons dont on ne peut pas garantir qu’ils ne contiennent pas ces fameux métaux lourds. D’autre part quand on sait qu’il faut 5 kg de farine de poisson pour obtenir 1kg de chair de poisson d’élevage, on est en droit de se demander si c’est vraiment utile…
Il faut également souligner ce fait capital: la pêche intensive est en train de vider les océans de leurs ressources au point que des espèces comme les manchots ou les otaries sont en train de disparaître parce qu'elle ne trouve plus suffisamment de poissons. Cela est un fait avéré à prendre très au sérieux.
Peut on vraiment ruiner la Terre de ses ressources pour notre confort?
C'est pourtant dans cette impasse que nous emmène la "croissance à tout prix"...

- Évitez d’acheter vos fruits et légumes bio en supermarché. Ou alors regardez avec soin leur provenance. Ils viennent souvent de pays lointains et ont nécessité des emballages souvent excessifs et un convoyage couteux en énergie, et inutilement polluant.
Achetez vos fruits, légumes, lait, œufs, viandes directement auprès des producteurs quand cela vous est possible.

- Autant que possible évitez les produits bio industriels. Achetez des aliments bruts ainsi vous saurez exactement ce que vous mettez dans votre assiette et vous dépenserez moins.

- Les produits raffinés (sucre, farine, riz, sel…) sont des produits appauvris. On leur a ôté, pour les rendre plus présentables, bon nombre de nutriments essentiels à une meilleure assimilation par l’organisme.
Attention cependant : Prenez toujours des céréales complètes bio. Les pesticides restent sur les cosses des céréales. Les céréales complètes non biologiques représentent donc un danger supplémentaire non un progrès.

- Le sucre blanc : le seul sucre qui mérite l’appellation bio est le sucre complet (différent des cassonade, vergeoise et autres sucres roux).

- N'achetez pas le beurre bio vendu dans des "jolis beurriers" en plastique. Faire du bio dans de l'emballage superflu voilà bien une perversion industrielle qui n'a d'autre motivation que de répondre à un snobisme aux couleurs écologiques.

- Le sel bio n’existe pas. Cependant un artisan paludier vous conseillera de préférer le sel gris et la fleur de sel, dont les qualités nutritionnelles, pour le premier, et gustatives, pour le deuxième, sont incomparables. De plus ils ne contiennent pas d’additifs.

- La mention bio pour le miel est hasardeuse. Même si l’apiculteur est de bonne foi et a placé ses ruches au milieu de champs biologiques rien n’empêche les abeilles d'aller butiner plus loin des fleurs touchées par des pesticides ou même des plantations OGM. Il est en effet difficile de contrôler complètement l’environnement où butinent les abeilles quelle que soit la bonne volonté de l’apiculteur.
Dans tous les cas le miel industriel est à proscrire : les multiples manipulations qu’il subit pour avoir un aspect et un goût stabilisé (chauffage, mélanges, ajout de sucre…) lui font perdre la plupart de ces vertus essentielles.
Soyez notamment très vigilants quand aux mélanges de miel. Je rencontre très fréquemment des miels qui paraissent être locaux et sont en réalité des mélange de miels d'importation conditionnés par un apiculteur ou une coopérative locale. Il faut bien lire les tout petits caractères à l'arrière du pot!

- Lessives, produits d’entretien de grande distribution : De beaux logos tous verts cachent souvent des produits tout aussi toxiques pour la Terre que les produits industriels courants. Lisez les étiquettes, comparez, et faîtes des choix conscients, c’est ça l’Ecologie.
Il existe également des solutions efficaces (aimants de lavage, noix de lavage...) qui coûtent beaucoup moins cher que les lessives industrielles tout en respectant réellement l'environnement.

- Produits allégés, édulcorants, soja non bio : je n’ai même pas envie d’écrire deux lignes là-dessus : poubelle !

- Et enfin (je gardais le meilleur pour la fin), les biocarburants : il n’y a pas à ma connaissance de pire mensonge que d’appeler «bio» les carburants tirés des végétaux. Ne vous y trompez pas, c’est le nom du nouveau fléau trouvé par les industriels de l’énergie pour continuer à vous vendre du carburant, sous des dehors écologiques, en surexploitant sans mesure les ressources de la Terre, et en continuant à polluer toujours plus, quoique différemment, tout en plongeant l’Humanité dans une pénurie alimentaire et en ravageant les forêts primaires (Brésil, Indonésie…). Ça se passe maintenant, sous nos yeux, et ça prend rapidement une ampleur qui ne sera bientôt plus réversible.
N’oubliez jamais que votre argent est un bulletin de vote qui a le pouvoir de contribuer à changer le monde en ne nourrissant plus les filières qui agissent en dépit du vivant.
Opter chaque jour pour une alimentation biologique c’est reconnaître notre responsabilité quant au devenir du Monde et agir concrètement à son renouveau.
Cet article vous fait réagir? Donnez votre avis sur notre forum
Auteur :
le 04/02/2008
Pseudo
 
Mot de passe
 
 
Energies Alternatives
La Fusion Froide: encore une révolution sous silence
Le procédé connu sous le nom de "fusion froide" a la capacité de produire, avec des moyens modestes, de l'énergie à partir de l'eau lourde, et cela sans déchets poluants. Encore un exemple de découverte majeure mise sous silence pour faire perdurer la prédominance des énergies pétrolières et nucléaires (fission).
Agriculture et Jardinage
Les films de paillage 100% biodégradables
Les films de paillage sont très utilisés en agriculture et produisent une conséquente quantité de déchets. Il existe désormais une alternative écologique: la bache maraichère 100% compostable.
Hygiène et Santé
La dent, outil d'évolution
Un nombre croissant de personnes sont attentives aux messages de leur corps. La maladie n’est plus une fatalité mais un message à comprendre, un signal avertisseur sur le chemin de la vie. De tous nos maux, ceux des dents continuent cependant d’être trop souvent négligés alors qu’ils sont un révélateur puissant et fiable de nos états émotionnels, ainsi que de nos stress présents et passés.
Energies Alternatives
Energie du point zéro et hydrogène: une révolution énergétique
De nombreux inventeurs et chercheurs ont tenté de développer de nouveaux moyens de produire de l'énergie. Le cas de Stanley Meyer est étonnant: il a mis au point un procédé de production d'hydrogène qui produit bien plus d'énergie qu'elle n'en consomme.